Etre une femme à Buenos Aires, mode d’emploi

PIERNAS Y BANDONEON © 2004 por daniel machado

Parlons des femmes, des hommes, d’amour, de drague, de sexe et de rock’n’roll ! Beaucoup à dire, beaucoup à raconter, mais commençons par le commencement.

« Femmes je vous aime » pourrait bien résumer mon propos.
1- Ici femme tu es, de l’instant que tu franchis la porte de chez toi le matin et jusqu’au soir. Tu n’es pas dans le métro à Paris. Te ne passeras jamais inaperçue. Transparente tu ne seras pas, même pas la nuit sur un trottoir mal éclairé.
2 – Ici tu es una mina, una piba, una chica, una mujer, una señorita, una señora. Ici ta féminité prend tout son sens, prépare-toi. En ton honneur on a même appelé le pont le plus célèbre de la ville le « puente de la Mujer ». Pour te dire.
3 – Si tu es jolie et/ou que tu as de bonnes fesses (una linda cola), et/ou des seins (lolas) qui se remarquent tous seuls ou que tu montres un tant soit peu, tu es hermosa, muy linda, un bombon
4 – Tous les hommes de 7 à 77 ans te perçoivent, te voient et te regardent. Tous. C’est la tradition, la culture, dans les gênes, comme tu voudras mais c’est un fait. Si tu es déjà allée un jour en Italie du sud, dans des pays sud-américains ou arabes, tu sais ce que je veux dire.

Etre une femme te donne donc quelques avantages et passe-droits, alors autant en user.
– on te cède facilement la place dans le métro ou dans le bus
– on te laisse monter la première dans le wagon de métro ou dans le bus
– parfois le chauffeur de colectivo veut te montrer que tu ne lui déplais pas et ne te fait pas payer le ticket (vécu)
– ou il s’arrête pour te faire descendre juste là où tu lui as dit que tu comptais aller, même s’il n’y a pas d’arrêt (vécu)
– ou il s’arrête dans la rue pour te faire monter, même s’il n’y a pas d’arrêt (vécu)
Ceci est aussi possible pour les hommes mais ça marche moins systématiquement. D’ailleurs, sans réfléchir, j’ai voulu tenter la même chose lors de mon dernier séjour en France, tellement habituée, j’ai voulu héler un bus dans la rue comme on hèlerait un taxi ! Je me suis bien ramassée comme une vieille chaussette
– tu peux négocier de super tarifs au vidéoclub, et rendre les films plus tard que prévu, avec un sourire ça s’arrange toujours (vécu)
– d’une manière générale, personne ne te parle mal ou n’est agressif.

Tous les hommes argentins de 7 à 77 ans donc, potentiellement, peuvent se retourner sur ton passage, arrêter  deux secondes leur conversation, te lancer un compliment, te demander un numéro de téléphone, te suivre quelques mètres dans la rue…. Ils ont partout dans le monde cette réputation de tombeurs et après 2 ans ici je peux témoigner que c’est bien mérité. On l’aura compris, inactif et timide, l’homme argentin n’est pas. Bien au contraire, il avance et ne recule jamais de peur de se prendre un « NO ». Ici  un dicton célèbre dit « El no ya lo tenes », littéralement « Le non tu l’as déjà », donc tu ne peux que gagner un oui. Bien vu, non ? Donc pas d’orgueil mal placé, ou de peur du ridicule, on essaie, on tente, et que le meilleur séducteur gagne. Te voilà prévenue.
Illustrations concrètes : tu ne seras pas surprise que ton élève de français de 24 ans tente sa chance auprès de toi, prof trentenaire, tout comme celui qui en a 60 (vécu). Pas plus que si un médecin te propose à la fin de la consultation d’aller boire une bière un de ces 4, tout en portant une belle alliance (vécu). Ou qu’un fonctionnaire te cherche et te rajoute en ami sur Facebook environ 2h après l’avoir vu dans un bureau (vécu).

Les argentins, homme et femmes, ont un don inné pour la conversation, ils s’intéressent à toi, te posent toujours des questions etc. Donc le séducteur argentin n’a aucun mal à nouer le contact, imagine-toi. Tu ne l’as pas vu arriver qu’il est déjà à côté de toi. (Il faut savoir par ailleurs qu’il peut disparaître aussi vite qu’il est rentré dans ta vie, mais là n’est pas le sujet). Il vient généralement t’aborder sans trop attendre, seul, ou en groupe accompagné de congénères. Je n’ai jamais encore entendu ici l’histoire d’une fille qui ait eu besoin de faire le premier pas. Pour les timides, c’est assez pratique. Il paraît même qu’avant les hommes étaient encore plus entreprenants. 2 amis m’ont raconté comme s’étaient connus leur parents. Pour l’un, le père a flashé sur la mère dans le colectivo, est descendu au même arrêt qu’elle et l’a suivie dans la rue pour lui demander son numéro de téléphone. Pour l’autre, son père était en train de conduire quand il a vu sa mère rentrer dans un magasin, s’est arrêté, y est rentré lui aussi, s’est rendu compte qu’elle y travaillait et l’a attendue le soir à la sortie. Ca laisse rêveur non ?

Le prédateur argentin est toujours très démonstratif, très expressif, toujours. Ajoutez à cela que l’argentin moyen a oublié d’être moche (c’est mon avis), cela crée parfois un cocktail explosif. Attention aux nouvelles arrivées (et mêmes aux vétérantes), risque accru de perdre la tête, gardez la tête froide ! Il embrasse sans gêne (qui n’a pas vu un couple de porteños se rouler des pelles en public n’a rien vu). Et il aime embrasser. J’ai remarqué d’ailleurs une certaine obsession pour le « beso ». On entendra facilement « me das un beso ? » ou « te puedo robar un beso ? ». Cela semble au début un peu enfantin, passé l’âge de la puberté, mais on s’y habitue. Le premier beso accordé lui donne un avant-goût de victoire.

L’argentin manie l’art du piropo, du compliment, plus ou moins subtilement, mais toujours très spontanément (et avec toutes les nanas tu penses bien). Que lindos ojos, que boca preciosa, sos mas linda que el Obelisco, du plus classique au plus kitch.
L’apothéose de cet art se démontre tous les jours dans la rue. Tu t’habitues aux sifflements et commentaires du style « me enamore », « me caso con vos », « te quiero dar 3 hijos » bla bla bla. Un test qui réussit à tous les coup, tu passes devant un chantier en construction. Effet push-up auto-estime assuré ! Si aucun homme ne te fait de commentaire, de compliment ou ne te siffle, alors fais-toi du soucis.(voir liste plus bas de compliments à la sauce argentine )

Détail croustillant, comme partout en Amérique du sud, il existe à Buenos Aires une offre pléthorique de « télos » (verlan de hôtel), qui se reconnaissent aux néons rouges le soir et à leur entrée de parking souterrain, toute en discrétion. Dans ses hôtels on loue des chambres à l’heure, à la demi-nuit, à la nuit. des hôtels de passe on dirait chez nous, saut que c’est pour Monsieur et Madame tout le monde. Du plus basique au plus chic, avec jacuzzi, matelas à eau, miroir au plafond, chambres à thème. Tout est question de budget. On en trouve dans tous les quartiers, avec une forte proportion dans les quartiers de bureaux, comme par hasard. Tout le monde y va, le petit frère de 16 ans qui n’a nulle part où emmener sa petite amie, les jeunes adultes qui n’ont pas les moyens de quitter la maison de papa maman, le couple qui vient de se rencontrer en boîte, les amants, maîtresses, patrons, secrétaires, collègues de bureau de 5 à 7. Amours adolescentes, amours fugaces, amours clandestines, amours occasionnelles ou histoires fraîches, tout le monde va au télo. Toi parfois tu marches dans la ville, tu reconnais leur devanture si spéciale, tu penses à ce qui se passe à l’intérieur et ça te fait sourire…
Tu vas voir, Sexy Aires va te plaire, on parie !

ps : Voir la suite de ce billet : le Mode d’emploi de survie sentimentale à Buenos Aires à l’usage des âmes romantiques

♥ Retrouve le blog Destino Buenos Aires sur la page Facebook – Twitter – Google + – Hello Cotton ♥

L’art du piropo
Trouvés sur internet, les meilleurs « piropos » (compliments) argentins:
Detrás de una mujer hay un enigma y vos tenés un flor de misterio.
¿Vos existís o yo te estoy inventando?
Por vos subiría al cielo en bicicleta y bajaría sin frenos.
Dejaré de volar el día que aterrices en mi vida.
¡Nena, con esa delantera ganamos el mundial!
Estoy con fiebre y encontré el antibiótico justo
Si no creés en el amor a primera vista esperá que vuelvo a pasar
Encandilame con esos faroles así chocamos de frente.
Tus ojos son dos luceros que iluminan mi camino, pero un día los cerraste y me hice bosta contra un pino
Esta maceta necesita de una flor como vos
Realmente estoy luchando contra la necesidad de hacerte esta noche la mujer más feliz del mundo.
Estoy buscando Diosas para una nueva religión… Y acabo de elegirte.
Hola. Soy un ladrón y lo primero que quiero robar es tu corazón.
Perdona, ¿no tendremos algún amigo en común para que nos pueda presentar?
Sos el complemento ideal para terminar de decorar mi dormitorio.
¿Me dejás sacarte una foto?
Quiero enviársela a mis amigos y demostrarles que los ángeles existen.
Hermosa, Tienes que estar mareada de dar tantas vueltas en mi cabeza.
Tengo que comprarme un diccionario, desde que te vi me he quedado sin palabras!
 ¿Te molesta si te observo un ratito?
Es que quiero recordar bien tu cara para mis sueños.
Sos tan dulce, que solo con mirarte me duele la muela.
Disculpa, ¿Vos existís o yo te estoy inventando?
Quisiera ser gato, para pasar 7 vidas a tu lado.
¿Te hiciste daño al caer del cielo?
¡Vos con esas curvas y yo sin frenos!
Eres tan dulce que sólo con mirarte engordo.
 ¿De qué juguetería te escapaste muñeca?
¡Cómo avanza la tecnología… porque hasta las flores caminan!
 Sos la rueda de auxilio de mi corazón en llanta.
¡Policía, policía! No persigan al ladrón, persigan a ese chico que me ha robado el corazón.
En que estarían pensando los piratas, cuando abandonaron semejante tesoro.
 ¿Sabes que es lo más bonito de dormir?… El saber que puedo soñar contigo…. Y lo más bonito de despertar es que no eres un sueño, sino que eres real.
Si la felicidad es agua y el amor es fuego,
¡Como me gustaría ser tu bombero!
Me gustaría ser tu ropa para poderte abrazar y decirte todos los días lo buena que estás.
Si tuviera que regalarte algo te regalaría un espejo por que después de ti lo mas hermoso es tu reflejo.
Rubita, sol de los soles, tu cara es una custodia; y tu pecho una escalera para subir a la gloria.
Se te cayó un papel.El que te envuelve, bombón.
Ser esclavo de tu amor, es tener como prisión el Paraíso.
Sources
http://www.foroamor.com/piropos-argentinos-25756/
http://chenegro.com.ar/2009/02/coleccion-de-piropos-argentinos.html
http://www.piroposcortos.com/piropo/category/piropos-argentinos/

A propos de Fanny

Poulette du Gers 100% coeur de canard. Expatriée en Argentine depuis 2009. Je livre mes anecdotes sur cette capitale du bout du monde, mes pensées sur la vie à l'étranger et quelques récits de voyages en Amérique du sud sur le blog Destino Buenos Aires. Challenge 2014: convaincre un éditeur ❤

23 commentaires pour “Etre une femme à Buenos Aires, mode d’emploi

  1. Pour avoir vécu un an en Amérique du sud, je confirme… Même si les argentins détiennent visiblement le 1er prix de la drague !

    J’ai adoré ton post en tout cas.

  2. Tunisien, blogueur et intéressé par l’expérience de l’Argentine en matière de lutte contre la corruption. Avec des amis nous somme entrés en contacte avec Transparency International pour la création d’une antenne Tunisie, mais les outils de travail proposé par cette association ne convenaient pas tous aux attentes d’un pays qui sort de 23 ans de dictature et de pillage. Voilà ma requête si c’est possible pour vous de m’aider à entrer en contacte avec la société civile argentine. Merci.
    http://tnkhanouff.hautetfort.com/
    khanouff(at)voila.fr
    kristou.rifaat(at)gmail.com

  3. Salut,

    vivant a Buenos Aires et etant amoureuse d un argentin, je ne peux que confirmer ton post…malgre tout,je ne peux m empecher de sourire en lisant ton post.. non non decidemment la France ne me manque pas! Bonne continuation!

  4. Suis tombé. Amoureuse d un argentin vivant en france il m a carrement scotche. Mais mon dieu. K c est bon. Je confirme tt est vrai bis stephanie

  5. Bonjour,
    J’ai parcouru votre blog et je l’ai trouvé très intéressant, notamment l’article sur « Etre une femme à Buenos Aires ». Vos photos sont aussi très belles.
    Je me permet donc de vous contacter car j’ai un projet de création d’un site d’interviews et de témoignages sur nos expériences de vies à l’étranger.
    Je vis moi-même en Californie du Nord et je suis curieuse de savoir comment on vit dans les autres coins du monde.
    Si vous êtes intéressés par ce projet, n’hésitez pas à me contacter sur mon email perso : sarabourg99@gmail.com.
    Merci d’avance,
    Sara

  6. Il est cool ton blog.
    Tu décris bien je dirais le mâle argentin.
    En plus, ce ne sont pas les plus du monde, bien loin de là donc j’imagine que pour vous c’est tout bénéf. 🙂

  7. Hola Super Piouf, dommage il manque un mot à ton commentaire !
    Veux tu dire que « ce ne sont pas les plus moches au monde » ou « les plus timides au monde » ?
    En tout cas, c’est certain, la gent masculine locale a des bons côtés 😉

  8. Bonjour je vous suis depuis pas mal de temps et comme je suis un mec , je me suis demandé et les femmes argentines? aura-t-on le droit dans un prochain post de pouvoir approcher la gente féminine argentine par vos si jolies mots?

    Ps: On vous envie tous!

  9. les femmes argentines?…ici, on dit: los hombres engañamos mas,las mujeres engañan mejor:) genial tu blog y tu manera de escribir!!!

    Sergio

  10. Excellent !! ahahahaha c’est génial !! figure-toi que j’ai rencontré mon mari dans la rue à Buenos Aires… 🙂
    Super ton blog !

Laisser un commentaire