Tu es né le 9 mars 1914 ou les aventures de mon grand-père – 1/2

 

Tu es né le 9 mars 1914 dans une petite propriété à Arthez de Béarn, puis tes parents partirent prendre une métairie à Uzein. Nés à quelques jours de différence, on a toujours fêté nos anniversaires ensemble. De ton Béarn tu as gardé cet accent rocailleux et les « r » qui roulent comme les vagues de la Chambre d’amour, ta plage préférée d’où tu sais. Tu as grandis dans une ferme de Morlanne, celle que ton oncle qui avait fait une petite fortune en Argentine avait pu construire pour la famille. Grâce à lui, tu as évité ton destin de gardien de vaches.
A l’école primaire d’Uzein, tu ne parlais pas un mot de français et l’institutrice n’était pas béarnaise… tout dialogue était exclu! Grâce à l’oncle, on a fait étudier le petit François, on l’a même envoyé chez les Jésuites, manière d’en faire un fervent catholique instruit. Là-bas, tu appris le français, fus un élève exemplaire, et quelques récoltes plus tard tu décrochas le bac, toi le fils de métayers du coin qui grandit dans une ferme, à l’ancienne, sans électricité bien sûr, en allant chercher l’eau du puits, enfin comme on vivait dans la campagne dans ces années-là, mais pour de vrai, sans les caméras du jeu de la télé. Oui, le Baccalauréat, dans les années 30, comme ta Zoë d’ailleurs, rencontrée pour la première fois quand tu avais 15 ans. Tu l’avais ramenée avec sa tante dans son village de Boumourt, dans la calèche familiale. Tu la recroiserais encore longtemps, 68 ans de mariage, pas moins que ça.
A tes 17 ans, un cancer emporte ta maman. A 20 ans, ton rêve se réalise, tu es reçu au concours de l’école d’Istres pour devenir aviateur… mais ta vue t’empêchera d’intégrer l’école, et sûrement de te tuer pendant la guerre qui commencerait 5 ans plus tard. Je ne remercierai jamais assez tes yeux défaillants !!!
En 39, c’est la guerre, l’exode et le retour à Boumourt sous les bombes pour Mamie.
Toi tu es fait prisonnier entre Saint-Malo et Nantes, tu t’évades et rentres dans ton village de Morlanne à vélo. En 1940, vous vous retrouvez dans le train, toi pour Paris où tu travailles au Gaz, elle pour la Normandie où elle enseigne.
En décembre tu l’emmènes au théâtre du Chatelet voir « Rose-Marie » et tu la demandes en mariage. Comme vous ne connaissiez personne vous avez pris quasi des inconnus pour être vos témoins. Tu m’as souvent parlé de Boulogne, là où vous habitiez boulevard de la Reine, et des fermes de là-bas, des poules qui traversaient les rues (sic), de Paris sans pratiquement aucune voiture… Vous avez connu les bombardements de l’usine Renault à côté de chez vous, les Allemands dans la capitale… Tu nous a raconté mille et une anecdotes de la guerre, un vrai trésor oral que je transmettrai un jour à mon tour à tes arrières petits-enfants, j’espère.
En 44 tu rejoins ta Zoë travailler en Normandie, Mamie t’a aidé à passer le concours d’instituteur, tu feras comme elle, car elle a toujours eu raison, tu le sais. Ce sera un coin plus tranquille pensez-vous. Ben pas vraiment en fait, le 6 juin il s’est passé comme une chose étrange. Vous avez vu les Américains faire trempette sur les plages d’à côté, les Allemands rentrer chez eux avec leurs tanks et tous leurs jouets, les avions alliés les pilonner sur leur passage à côté de l’école… Et vous, mamie et toi, avec chacun votre classe de marmots, sur les routes de Normandie, demandant aux gosses de faire de grands gestes aux aviateurs pour qu’ils attendent un peu plus loin avant de s’en prendre aux occupants…

Un jour où tu es allé au cinéma voir le film « Les révoltés du Bounty » avec Clack Gable, tu t’es dit qu’après la guerre il fallait partir loin, qu’il existait un pays chaud et beau, avec des cocotiers, sans tank ni Allemand chez soi, tu verras ma Zoë…

ps : prochain épisode après une bonne nuit de sommeil.
Bises à Auch

A propos de Fanny

Poulette du Gers 100% coeur de canard. Expatriée en Argentine depuis 2009. Je livre mes anecdotes sur cette capitale du bout du monde, mes pensées sur la vie à l'étranger et quelques récits de voyages en Amérique du sud sur le blog Destino Buenos Aires. Challenge 2014: convaincre un éditeur ❤

Laisser un commentaire